71-St Usuge

  • 12
    Il passe partout

    C'est un peu l'ancêtre à la maison! Depuis le départ de la voiture, il a été le taxi pour beaucoup et le moyen de transport de madame et des enfants avant l'arrivée du triporteur fabriqué à trois roues et plus.

    Après trois et demi de vélo nous en sommes à 51 000 Km répartis sur 5 vélos, nous avons également dû acheter quatre remorques avant d'atteindre la combinaison parfaite pour une famille de cinq. Une remorque enfants, actuellement en attente de petits enfants ou d'une addition...Une remorque de courses et de vacances, deuxième remorque de vacances. Et une remorque lourdes charges qui transporte jusqu'à 200 kgs.

    Tous nos vélos et la remorque fret sont équipés de moteurs.
    En mai, nous partons avec deux montures sur les routes qui mènent de Bourgogne à Perpignan. Nous vous invitons à partager l'évènement avec vos amis et contacts sur:

    http://www.kisskissbankbank.com/la-croisiere-crue-c-est-600-kilometres-a-velo-en-trois-jours-pour-livrer-un-pot-de-miel

    à bientôt,

    Tanguy

  • 26
    Le biporteur mon cheval

    Le Bip, comme on l'appelle ici, est arrivé chez nous en juillet 2011. 
    Son premier vol a été de 36 km. Depuis, avec ses copains le Tandem, le Bikel puis le Triporteur, il a vélorutionné nos vies en profondeur. La famille est passée des sacro saints 130-110-90 à un bien plus humain 30 km/h de vitesse de croisière. Qu'est-ce qui a changé? Tout a changé!
    Le calme
    Les vélos nous ont rappelé à notre dimension locale. Vacances de proximité, découverte des décors de route du quotidien. Des hommes , des jardins, des animaux. Nous nous sommes rapprochés de nous même. Je salue assidument les facteurs, les 2CV, les 4L, les amis, les potageurs, les faucons sur les poteaux et les hérons qui récoltent dans les champs.
    L'efficacité
    La motorisation, d'origine, puis développée, nous a montré le possible d'une énergie dédiée au transport. Notre famille fait 40 km chaque jour en produisant avec nos panneaux solaires le jus propre nécessaire aux galops de nos machines. On est loin du discours ronflant sur le vélo des villes. Ici c'est le vélo des champs, nous sommes à 9 km de la ville, des écoles, de Biocoop et de la plupart des activités. L'ainé se rend à Chalon en vélo électrique, à 40 km. Je vais deux fois par mois à Lons pour des massages, à 30 km.
    Les aventures
    Émoustillés par l'arrivée de nos étalons nous avons poussé le bouchon. Nous sommes allés à Paris 450 km, à Avignon d'une traite 368 km, à Grenoble, à Perpignan en quatre jours 640 km. Le genre d'aventure qui n'existe pas en voiture. Monter plusieurs kilomètres en danseuse malgré deux moteurs qui poussent, à 10-15 km/h et la fille dans le bakfiet qui chante "O hisse la saucisse" cela n'existe pas en voiture! 
    Des vélos qui nous ressemblent
    De nouveaux meubles se sont incrustés dans la cuisine! Au fur et à mesure des transformations, changement de types de freins, remotorisation, bimotorisation, installation de clignotants, de chauffes poignets, d'un essuie glace, de protection pluie veltop, de nouvelles sacoches, amortisseur de selle et autres phares il nous a fallu découvrir un peu de mécanique et souder dénuder coller isoler. On est devenus très proches de nos moyens de déplacement. Exactement l'inverse de ce qui s'est produit ces dernières décennies avec les "valises" des voitures. Nous savons comment les vélos fonctionnent, comment les réparer, combien ils consomment, leur empreinte environnementale, leur cout kilométrique.
    Un pari qui s'installe dans la durée
    102 000 km plus tard, dont 32 600 à dos de biporteur, nous avons traversé quelques menus crevaisons, deux trois dessalages (le bip est très sensible quand il est chargé à bloc et qu'il pèse plus de 250 kgs, il autorise à l'arrêt très peu de gite...) aucun accident impliquant les véhicules pétrolisés à part une portière ouverte dans une queue que notre ainé remontait et qui l'a projeté sur la route. Plus de peur que de mal. L'assurance de la conductrice imprudente a payé. Nous cavalons de jour, de nuit avec plusieurs systèmes d'éclairage indépendants, deux freins mécaniques, deux freins électriques, sous la pluie grâce au veltop, et même sous la neige. Nous restons à la maison quand le vent travers devient trop important. Depuis bientôt sept ans nous déplacer n'est plus seulement un plaisir pour nous, mais aussi pour le regard des gens, pour les enfants dans les cours d'école qui agitent leurs mains, pour le regard des animaux. Ce bien être que la nature nous rend au quotidien ce n'est pas un joli mot, c'est une réalité des sens que seul le vélo peut exprimer aux humains. Enfermés dans un truc de plastico métal qui pue et qui déboule ses 1,5 tonnes à 90 km/h on ne peut vivre ça. C'est juste impossible. Le vélo amène la rencontre, déploie le sourire de l'autre et engage des conversations toujours emballées.
    Pédaler c'est résister
    Si tout le monde se met à pédaler alors la vie sur terre est possible. On pourra faire remonter la population des abeilles. Le vélo c'est un geste fort, il éteint les guerres du pétrole, il souffle la chandelle des centrales nucléaires et annonce demain. Le vélo mène son message simple devant les phares des voitures qui attendent les pointillés. Le vélo c'est honnête pour l'avenir de nos enfants.
    DEMAIN 
    C'EST DES COURSIERS INTER VILLES, DES RELAIS. CE SONT DES VÉLO ROUTES, DES CARGOS. DEMAIN UN AIR FRAIS EN VILLE COMME A LA CAMPAGNE. DEMAIN PLUS DE BLABLA ÉCONOMIQUE MAIS DES TRANSPORTS QUI ÉCOUTENT LA TERRE. DEMAIN LES VÉLOs TAXI POUR LES PERSONNES ÂGÉES, LES VÉLOs BUS POUR LES ÉCOLIERS. DEMAIN DES ATELIERS FRANÇAIS DE MOTEURS, DES MARQUES FRANÇAISES, DES GARAGES SPÉCIALISÉS. UNE MYRIADE D'EMPLOIS CHOUETTES!

    Merci à l'air d'Amsterdam! Qu'il souffle loin et bon avec tous les pédaleurs...