• 308
    Malgré les années, le vélo n’a pas pris une ride
    En 2011, j’ai voulu faire une surprise à mon épouse (à la suite d’un séjour à Amsterdam avec beaucoup de promenades en bicyclette) et lui ai acheté un vélo d'oma. Aujourd’hui, elle s’en sert plusieurs fois par semaine pour aller au marché ou aller voir des amies. Nous habitons une ville très piétonne avec beaucoup de voies pour les cyclistes, peu de stationnements et surtout un climat très agréable. Malgré les années, le vélo n’a pas pris une ride et donne toujours l’impression de sortir de l’usine. Mais maintenant, nous pensons acquérir des vélos électriques parce que tous nos amis en ont et surtout parce que nous habitons dans un vallon au pied de la ville… C’est vrai que les vélos que vous proposez gardent leur charme parce que le système de propulsion reste discret et n'en change pas l’esprit.
  • 13
    Déjà plus de sept ans de pratique et aucun regret !

    Le Nouvel Observateur, début années 70 : un hippy pédalant dans Amsterdamer sur un vélo hollandais. Depuis je veux le même. Mais les années passent, et passent, et repassent encore. Quatre enfants et une grande partie de ma vie dans le cambouis et les pneus crevés (surtout les roues arrière !). Bref quanrante ans ont passé, et enfin, enfin, le grand jour arrive, 10 septembre 2010, commande 2928879, je reçois mon Amsterdamer 1881 High : un bijou, je suis fier, il est haut, je suis grand, je dépasse toutes les voitures, on me voit de loin. Finies les crevaisons (les pneus sont renforcés) finis des déraillages (les vitesses sont dans le moyeu) et finis les freins qui lâchent (le rétropédalage est un outil d'exception). Déjà plus de sept de pratique et aucun regret : je suis un homme heureux !