Vélo électrique : l'hydrogène l'énergie de demain ?

3 janvier 2018

Dans la course à la mobilité moins polluante, l’ hydrogène comme vecteur énergétique semble, ces derniers temps, avoir laissé la place à la batterie électrique. Mais, ne serait-il pas le vecteur énergétique de demain ?

 

Vélo électrique, voiture électrique, scooter électrique ou encore trottinette électrique… Aujourd’hui l’électrique envahit notre mobilité, promettant des véhicules moins polluants et dont l’empreinte écologique globale est moindre. Mais qu’en est-il de l’hydrogène ?

L'hydrogène qu'est-ce que c'est ?

Atome hydrogene mobilité verteSi il suscite autant d’espoir, c’est tout d’abord car il est l’élément le plus abondant sur la planète. En effet, chaque molécule d’eau est composée d’un atome d’oxygène et de deux atomes d’hydrogène. Or, 70% du globe terrestre est recouvert d’eau.
Propre et efficace, l’hydrogène est le carburant parfait. Il peut produire de l’énergie et l’électricité peut produire de l’hydrogène, créant une boucle d’énergie renouvelable et sans danger pour l’environnement. 

Comment est-il produit ? L’hydrogène n’existe pas à l’état pur. Pour le produire, il faut utiliser des procédés chimiques pour le dissocier des éléments auxquels il est lié.
Il peut être produit par électrolyse de l’eau, gazéification, vaporeformage de gaz naturel, etc.

L'hydrogène = l'énergie du futur ?

Utilisé pour les voitures, les bateaux ou encore les trains, il est souvent présenté comme un pilier de la transition énergétique mondiale ; mais surtout comme l’énergie du futur ! 
Pourquoi ? Parce qu’il réunit de nombreux avantages :

  • Il est particulièrement énergétique : 1 kg d’hydrogène libère environ 3 fois plus d’énergie qu’1 kg d’essence. Par exemple, l‘autonomie d’une voiture à hydrogène (650 km) est presque égale à celle d’une voiture à essence (750 km) ou au gazoil.
  • Il ne rejette que des particules d’eau, donc ne pollue pas.
  • Son temps de recharge rapide : Par exemple, pour les vélos électriques à hydrogène tout juste installés à St Lô en Normandie, le temps de recharge est de moins de deux minutes contre 3 h pour un vélo à assistance électrique classique.

Des espoirs dans l'industrie du cycle ?

Certes, l’hydrogène est un espoir dans l’industrie du cycle de par sa puissance énergétique, son aspect non polluant et son temps de recharge rapide.

Cependant, l’énergie hydrogène n’a pas que des avantages… L’un des principaux inconvénients est la masse volumique de l’hydrogène : il est très volumineux.
velo-electrique-hydrogèneSi l’on prend l’exemple d’une voiture ; un réservoir pour hydrogène est trois fois plus volumineux qu’un réservoir classique pour Essence ou Gasoil. Ceci entraîne donc une diminution de l’espace dans l’habitacle et notamment dans le coffre. 
Pour les vélos, c’est naturellement la même chose, l’hydrogène prend énormément de place. D’ailleurs, il suffit de voir le design des vélos électriques à hydrogène mis en service à Saint-Lô pour le comprendre ; cela n’a rien à voir avec nos vélos hollandais vintage !
Toutefois, l’hydrogène pourrait avoir du sens sur les vélos familles (biporteurs et triporteurs). En effet, ces vélos étant plus volumineux, il serait possible de positionner le réservoir dans le coffre sans casser le design du cycle. C’est déjà le cas à New Delhi en Inde, où certains triporteurs peuvent parcourir 80 km en ne consommant qu’un kilo d’hydrogène, sans aucune émission polluante.

Autre inconvénient, l’installation de pompes à hydrogène est très coûteuse. Déjà que les infrastructures cyclables peinent à être mises en place en France, il semble compliqué de pouvoir développer cette nouvelle énergie dans l’industrie du cycle dans l’immédiat.

Aussi, bien que cette énergie n’émette aucune particule polluante, sa production, elle peut l’être, notamment lorsqu’elle est produite par des centrales à charbon ou des centrales nucléaires.