Méga-infrastructures pour vélo électrique et vélo hollandais traditionnel

27 août 2017

Amsterdam, Copenhague et bien d'autres villes, régions ou états l'ont prouvé : le succès d'un plan vélo passe par le développement de méga-infrastructures adaptées aux vélos hollandais traditionnels pour les déplacements en ville ou aux vélos électriques pour aller d'une banlieue à un centre-ville. Voici deux exemples de projets en cours, le premier plutôt destiné aux vélos de ville et le second aux vélos électriques ou de cyclotourisme.

Le plus grand parking à vélos hollandais du monde

Pour se rendre au travail dans une grande ville hollandaise depuis la banlieue, il est courant de combiner plusieurs modes de transports. L’un des plus populaires est le vélo-train-vélo ou le vélo-bus-vélo : je me rends à la gare de mon village en vélo, je gare mon vélo dans un parking sécurisé avant de monter à bord du train ou du bus, à la gare d’arrivée je prends mon deuxième vélo pour finir mon trajet. 
La condition pour que ce mode de transport multi-modal se développe est la disponibilité de places de parking sécurisées, à l’abord immédiat d’une gare ou d’un parking voiture.
Amsterdam a ainsi prévu de passer, dans les 5 ans à venir, de 10.000 places de parking autour de la gare centrale à 17.500 places.

Mais c’est Utrecht qui a le projet le plus ambitieux avec le plus grand parking à vélo du monde d’une capacité de 12.500 places, d’ici fin 2018.
Le parking couvrira une superficie de 17.100 mètres carrés. Il sera gratuit les premières 24 heures puis coûtera environ 1,25€ pour les stationnement un peu plus long.
Et si vous pensez qu’un tel projet est disproportionné, sachez que les habitants d’Utrecht attendent plus encore : depuis début août, des articles sortent en dénonçant le mécontentement des habitants car selon eux, les 12.500 places ne seront pas suffisantes en regard du développement de la pratique du vélo pour les familles dans et autour de la ville d’Utrecht.

Pourquoi nos amis hollandais roulent plus en vélo électrique que les français?

Aux Pays-Bas, les vélos avec assistance électrique (ou VAE) représentent plus de la moitié des ventes. Dans ce pays plat, où l’ennemi du cycliste est le vent, le vélo est un mode de transport quotidien et le vélo électrique permet aux hollandais jour après jour d’arriver frais et dispo à leurs rendez-vous ou au travail. Les vélos hollandais associent le confort d’une position assise droite, l’ergonomie et la longévité légendaires de vélos assemblés par des artisans à une assistance électrique puissante et à des batteries qui offrent une grande autonomie. A l’aise sur route et chemin on les appelle aussi VTC électrique pour vélo tout chemin avec assistance électrique.

En France, le vélo électrique est une solution idéale pour bénéficier des atouts des vélos hollandais dans un pays aux reliefs plats, vallonnés ou montagneux. Il permet de monter les côtes sans affoler le coeur. Les grandes villes ferment progressivement leurs centres-villes aux voitures et le vélo devient alors la solution de transport la plus souple et la plus rapide. Le vélo électrique pliant permet même d’associer plusieurs modes de transport (voiture – bus – train – vélo) Les raisons du succès des VAE sont évidentes : écologie, entretien des routes, bruits ou encore pollution visuelle. Le VAE pallie à tous ces problèmes. 
On voit aussi se développer en France les VTT électriques pour les loisirs. Ce type de produit n’est pas produit par les hollandais pour qui le vélo est avant tout un mode de transport utilitaire.

À Amsterdam, par exemple, toutes les infrastructures de la ville sont pensées pour les vélos, qu’ils soient électriques ou non : parkings proches de la gare entièrement réservés aux vélos (y compris vélos électriques avec des bornes de rechargement), pistes entièrement cyclables pour une sécurité optimale… À ce titre, seulement 7 % des Hollandais ne se déplacent jamais à vélo. Ils enregistrent également une baisse du taux d’absentéisme de 10 % au travail pour les salariés qui se déplacent en vélo !

Aux Pays-Bas acheter un vélo signifie de plus en plus souvent acheter un vélo électrique. Le vélo électrique représente aujourd’hui en Hollande plus de la moitié des ventes en valeur, ce qui a permis aux fabricants hollandais de développer depuis plus de vingt ans une expertise unique en matière de vélos électriques (ou VAE = vélo à assistance électrique).

À taille équivalente, Nantes, qui est une des villes de France les plus « bike-friendly », a pour comparaison une capacité de places de parking à vélos autour de la gare centrale de 700 places (20 fois moins) et met à disposition des usagers 30 vélos classiques et 20 vélos électriques urbains. On mesure ainsi le chemin qui reste à faire en France pour arriver au niveau de la Hollande ou du Danemark ou … du Japon. 

En dehors de l’Europe, le plus gros parking à vélos serait au Japon à la gare de Tokyo. Il a une capacité de 9.400 places et son fonctionnement automatisé est une merveille technologique.

La plus grande autoroute cyclable au monde

Les Allemands entreprennent la construction d’une autoroute pour les vélos de 100 km de long qui reliera à terme 10 villes et quatre universités.
Si des autoroutes à vélo existent déjà aux Pays-Bas ou au Danemark aucune n’atteint une telle longueur.
Une première portion de 5 km est ouverte entre Mülheim an der Ruhr et Essen.
Environ 1,6 million de personnes vivent à moins de 1,25 kilomètre de cette nouvelle autoroute cyclable, dont 150.000 étudiants et 430.000 actifs.
Imaginez une telle autoroute qui traverserait Paris ; il ne vous faudrait que 29 minutes avec un vélo électrique pour aller de Nanterre à l’université de la Sorbonne contre 50 minutes actuellement. Est-ce que cela ne vous inciterait pas à changer de mode de transport ? 

Le nombre de cyclistes tués dans des accidents est en nette augmentation depuis 2010. Quelles sont les raisons ? Pourquoi Copenhague et Amsterdam surfent sur la tendance inverse ? Qu'ont-ils de plus ?