5 informations à retenir sur le Baromètre Cyclable

30 mars 2018

La France deviendra-t-elle une référence en terme de politique cyclable ? Selon le Baromètre Cyclable lancée par la FUB (Fédération Française des Usagers de la Bicyclette), l'éveil des consciences vers une mobilité durable est dans l'air du temps. Toutefois, il reste encore du chemin à parcourir...

Souvenez-vous...

En septembre dernier, la FUB et ses partenaires ont lancé le Baromètre des villes cyclables, une enquête nationale permettant de recueillir le ressenti des usagers sur la cyclabilité de leur ville.

Il y a quelques jours, à l’occasion d’un congrès à Lyon, la FUB a officiellement dévoilé les résultats de l’enquête. 
Des résultats qui offrent des pistes pour développer le vélo en France.

Voici les 5 choses à retenir du Baromètre Cyclable 2017 :

1. Seulement 21 villes sur les 316 classées ont obtenu une note supérieure à la moyenne :

L’enquête nationale du Baromètre Cyclable a permis de recueillir l’avis de 113 000 Français sur leur pratique du vélo au quotidien. Pour fournir des résultats étayés, la FUB n’a retenu que les communes ayant au moins enregistré 50 réponses, soit 316 communes. 
Les résultats sont sans appel… Aucune ville française ne semble avoir un climat très favorable au développement du vélo.
En effet, si l’on reprend les graphiques de la FUB, seulement 1% des communes référencées décrochent un climat « favorable » (B) et 5% un climat « plutôt favorable » (C).

Le gros du peloton doit se contenter d’un D (24%) ou d’un E (29%) voire d’un F (29%)…

2. Les villes françaises ne permettent pas aux cyclistes de circuler de manière sécurisée.

80% des répondants veulent davantage d’aménagements cyclables complets et sans coupures. Aussi, 90% jugent aujourd’hui le réseau cyclable de leur ville trop dangereux, ne permettant pas aux enfants et aux personnes âgées de se déplacer à bicyclette en toute sécurité.
De ce fait, les enfants et les seniors sont souvent exclus de la mobilité à vélo, pourtant essentielle à leur autonomie et à leur santé !

3. Les infrastructures dédiées sont manquantes et génèrent un frein à la pratique du vélo.

Seulement 20% des répondants trouvent qu’il est facile de stationner son vélo en sécurité aux abords des gares ou des stations de transports.
Prenons exemple sur les Pays-Bas qui comptent 440 000 places de stationnement vélo sécurisées près des gares, contre 30 000 places en France.
Grâce à ce type d’infrastructures, les hollandais prouvent que la combinaison du vélo et des transports en commun est l’avenir !

4. Strasbourg reste la capitale française du vélo !

Les points ci-dessus sont loin d’être des fatalités puisque certaines villes comme Strasbourg, obtiennent des résultats encourageants…

En effet, les données récoltées, classées, triées par critère, ont permis à la fédération pro-vélo d’établir un palmarès, une sorte de « grand prix du public » des villes où il est le plus facile de se déplacer à bicyclette. C’est donc Strasbourg qui obtient la meilleure note (4,1/6) dans la catégorie des agglomérations de plus de 200 000 habitants, suivie de Nantes (3,7) et Bordeaux (3,5).

5. L’enquête du Baromètre Cyclable sera renouveler en 2019 !

Si les résultats ne sont pas tout à fait satisfaisants pour l’année 2019 ; l’édition 2019 permettra d’évaluer les progrès accomplis !

En attendant, nous espérons que cette enquête nationale aura suscité des politiques cyclables plus ambitieuses dans les différentes communes de France.